La Demoucelle Parkinson Charity finance de nombreux projets de recherche pour faire progresser la recherche d’une solution pour la maladie de Parkinson. Patrick et Anne-Marie ont été ravis de se rendre à la KU Leuven le mois dernier pour en savoir plus sur les travaux menés au Laboratoire des Systèmes de Transport Cellulaire, dirigé par le Dr Peter Vangheluwe. 

Nous avons demandé à Shaun Martin, docteur en sciences postdoctorales, qui y dirige un projet entièrement financé par le DPC, de nous en dire plus sur son rôle, sa motivation et ses recherches. Ses réponses ont été à la fois révélatrices et touchantes.

Nom : Shaun Martin
Occupation/Titre : Scientifique postdoctoral
Nationalité : Britannique
Âge : 35 ans

Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

 Je travaille sur le rôle des transporteurs lysosomaux dans la neurodégénérescence. Les lysosomes sont des unités clés d’élimination des déchets de la cellule qui contribuent de manière significative à la santé des neurones. Je m’intéresse plus particulièrement à l’effet de la réduction du transport de la matière traitée hors des lysosomes et aux dommages qu’elle cause sur la capacité des lysosomes à protéger les cellules et les neurones. Je travaille au sein du Laboratoire des Systèmes de Transport Cellulaire de la KU Leuven, dirigé par le Dr Peter Vangheluwe, et je suis financé par la Demoucelle Parkinson Charity via la Michael J Fox Foundation (MJFF).              (Photo: Shaun Martin PhD)

Pouvez-vous expliquer – en termes aussi simples que possible – comment ce projet pourrait contribuer à trouver un remède à la maladie de Parkinson ?

Les lysosomes jouent un rôle central dans l’élimination des matières indésirables ou toxiques des cellules/neurones et leur recyclage pour favoriser la vie et la longévité. Cela signifie que si nous pouvons comprendre comment promouvoir l’activité et la santé des lysosomes, nous pouvons promouvoir un neurone plus sain et plus heureux. Cependant, la meilleure façon de comprendre quelles fonctions lysosomales sont essentielles est d’étudier ce qui ne va pas pendant la maladie. Une fois que nous comprenons cela, nous pouvons commencer à réinitialiser le système et à identifier le ou les processus clés qui sont essentiels pour promouvoir la santé neuronale. Grâce à ces informations, nous pouvons concevoir et développer des thérapies pour créer les changements nécessaires et évoluer vers des thérapies/cures modifiant la maladie.

Depuis combien de temps travaillez-vous sur ce projet et quand pensez-vous pouvoir communiquer vos résultats ?

Je travaille sur mes projets depuis 2016. Le chemin a été long et compliqué mais nous espérons que nos résultats seront publiés dans les mois à venir, et que nous pourrons alors commencer à diffuser et à présenter nos nouvelles découvertes à la communauté au sens large.

Vos recherches pourraient-elles avoir des implications pour d’autres maladies également ? Si oui, lesquelles et pourquoi ?

 Au-delà de la maladie de Parkinson, nous avons des preuves qui relient directement notre ou nos projets à d’autres maladies neurodégénératives. Nous savons également que les lysosomes jouent un rôle clé dans un nombre d’autres maladies, comme le cancer. Les cellules cancéreuses manipulent les lysosomes pour devenir plus efficaces, pour favoriser la survie dans des conditions environnementales difficiles. C’est très intéressant car nous pouvons apprendre des maladies neurodégénératives comment combattre les cellules cancéreuses et vice versa.

Avez-vous eu une expérience personnelle avec des patients atteints de la maladie de Parkinson et quel impact cela a-t-elle eu sur vous ?

Malheureusement, oui. Mes deux grands-mères ont été diagnostiquées avec la maladie de Parkinson quand j’étais enfant.

Ma patiente et aimante grand-mère Patricia Stewart a été diagnostiquée quand j’étais très jeune et a vu un déclin physique rapide. On lui a plus tard diagnostiqué une démence et la maladie a progressé rapidement au cours de la décennie suivante.

Pour mon autre grand-mère Mary Martin, qui est une femme magnifique et pleine d’entrain, le diagnostic a été posé plus tard et elle a constaté un déclin important de ses fonctions motrices, mais son cœur, sa passion et son insolente nature irlandaise ne se sont jamais éteints.                          (La photo (à droite) montre Shaun tenu par « Grand-mère Pat »).

(La photo ci-dessous montre la « Grand-mère Marie » de Shaun avec son père dans son enfance).

Pourquoi pensez-vous qu’il est important d’essayer de trouver un remède à la maladie de Parkinson ?

 Outre le fait qu’elle touche directement des millions de personnes dans le monde et que son incidence augmente chaque année, c’est une maladie qui prive une personne de sa capacité à être elle-même et à faire partie intégrante de la famille qu’elle aime. Elle fait peser un lourd fardeau sur la famille et le réseau de soutien du patient, et c’est aussi une maladie indépendante des choix de vie d’une personne. Je veux dire par là que la maladie de Parkinson ne résulte pas des choix que nous faisons de trop manger, boire ou fumer. Elle semble toucher n’importe qui, de n’importe quel milieu, et ce sans discrimination et sans remords.

 

Pensez-vous qu’il soit possible de guérir la maladie de Parkinson au cours de la prochaine décennie ?

Avec l’amélioration de la technologie et l’ampleur de la complexité de la maladie que nous apporte cette ère moderne de la science, je pense que nous serons en mesure de comprendre beaucoup mieux la maladie de Parkinson au cours de la prochaine décennie. Grâce à cela, associé à un dépistage à la fois perfectionné et rapide, je pense que nous n’avons jamais eu autant de chances de fournir des thérapies de modification de la maladie.

Que faut-il de plus pour que les scientifiques, comme vous, soient en mesure de faire les recherches nécessaires pour trouver un remède ?

Nous avons besoin de soutien, soutien qui nous est apporté par des organisations caritatives aussi extraordinaires que la Demoucelle Parkinson Charity et la MJFF. Mais nous avons aussi besoin que les grandes entreprises pharmaceutiques se remettent à la tâche, qu’elles voient la nécessité et ne perdent pas espoir.

Quelle différence cela a-t-il fait pour vous et votre recherche d’avoir eu le soutien de la Demoucelle Parkinson Charity?

Tout d’abord, mes recherches sont soutenues à 100 % par la Demoucelle Parkinson Charity. Grâce à leur soutien, nous pouvons faire avancer la recherche au-delà des implications de la maladie et vers le développement de médicaments dans les années à venir. Nous avons également eu la chance de rencontrer Anne-Marie et Patrick Demoucelle récemment. Ils nous ont donné un exposé très inspirant et nous ont vraiment aidés à nous concentrer sur une vie régie par le positif. Merci beaucoup pour cela !

Qu’est-ce qui vous motive chaque jour à aller au laboratoire et à poursuivre vos recherches ?

Tout d’abord, et c’est le plus important, je suis un scientifique, un geek. J’adore l’énigme et j’ai la passion de comprendre ce qui ne va pas dans la maladie, quelle(s) minuscule(s) adaptation(s) parmi la pléthore de processus qui se produisent dans une cellule, déclenche(nt) une cascade d’événements qui modifient l’équilibre vie/mort et finissent par conduire à la maladie. Deuxièmement, ma famille. Grandir avec la maladie de Parkinson dans mon environnement m’a donné envie de contribuer à sa compréhension et de contribuer à sa guérison. Troisièmement, ma partenaire, ma table d’harmonie et mon rock Sarah avec qui je travaille, côte à côte, à chaque instant de la journée. Nous nous complétons parfaitement et nous nous efforçons de mieux comprendre la maladie de Parkinson ensemble.  

(La photo montre les deux grands-mères de Shaun ensemble).

Et enfin, quelle est votre citation ou votre conseil de vie préféré ?

Parce que mes garçons James et George adorent Mickey Mouse et Pluton, j’ai choisi une citation de Walt Disney qui correspond parfaitement :

« La meilleure façon de démarrer est d’arrêter de discuter et de commencer à agir ».